Le FACEJ se surpasse à Tombouctou

Ecosystème entrepreneurial
09.05.2022
En 2020, le FACEJ a été lancé dans la commune urbaine de Tombouctou et est rapidement parvenu à offrir de nouvelles opportunités aux jeunes. En à peine un an d’activité, l’équipe FACEJ constate qu’une très bonne dynamique semble se dégager.

Financé par l’Ambassade du Danemark et l’Ambassade des Pays-Bas, et mis en œuvre par le gestionnaire de fonds (Swisscontact/PLAN-BØRNEfonden), le Fonds d’Appui à la Création d’Entreprise par les Jeunes (FACEJ) a pour objectif principal d’appuyer les jeunes de 18 à 35 ans sortant d’une formation technique, professionnelle ou supérieure, dans le démarrage ou le développement de leur entreprise. A cet effet, le FACEJ facilite le financement de l’amorçage et le développement de l’activité des entreprises à travers un dispositif de prêts bancaires et de primes aux jeunes entrepreneurs. A travers l’intervention de facilitateurs (incubateurs, centres de formation, ONG, bureaux d’étude…etc.), le FACEJ soutient également un accompagnement individualisé pour les jeunes.

En 2020, le FACEJ a été lancé dans la commune urbaine de Tombouctou et est rapidement parvenu à offrir de nouvelles opportunités aux jeunes. Il est important de souligner que travailler dans le nord du Mali est particulièrement sensible. En effet, malgré l’accord de paix signé en 2015, la situation sécuritaire au nord, notamment dans la région de Tombouctou, reste fragile, alimentant un climat de violence et de peur parmi les populations. En plus de la présence de groupes armées, la région nord souffre également de l’apparition récente de groupes de bandits le long des routes principales aggravant la situation, de la mauvaise qualité du réseau internet et des télécommunications, qui rend l’accès à l’information et au marché dans les autres régions difficiles.  

Pourtant, en à peine un an d’activité, l’équipe FACEJ constate qu’une très bonne dynamique semble se dégager au niveau de la zone urbaine de Tombouctou. En effet, avec l’appui de 04 structures de facilitateurs, l’équipe FACEJ est satisfaite d’avoir soutenu le financement de 77 projets d’entreprises de jeunes, dont 28% de femmes, dans la création et/ou le développement de leur entreprise. De manière générale, les services (salon de coiffure, restauration, lavage automobile et autres) constituent le secteur le plus représentatif, soit 39 % des entreprises financées, suivi du secteur du BTP/Artisanat (34%).

Secteurs d'activité représentés à Tombouctou

Afin d’illustrer ces premiers résultats plus que satisfaisants, l’équipe FACEJ est partie à la rencontre de 03 entrepreneur.e.s hors pairs :

Fast Food du Bonheur

Madame Oumou Haidara est une jeune entrepreneure âgée de 33 ans. Après avoir suivie plusieurs formations dans la restauration, elle crée un service traiteur pour des structures professionnelles. En 2020, elle prend connaissance des opportunités du FACEJ et décide de se lancer dans la création d’un restaurant « Fast Food du Bonheur », avec comme innovation la restauration rapide, une première à Tombouctou ! 

Chiffre d'affaires mensuel moyen : 1 000 000 FCFA (1 587 CHF)

Nombre d'emplois créés : 03 emplois

Mariam Brique

Après l’obtention de son certificat de qualification professionnelle dans le domaine de la maçonnerie, Haoussa Mahalmoudou Traoré travaille avec son père, maçon, dans le développement d’un centre de formation dans la ville de Tombouctou. Après deux ans d’apprentissage, Haoussa souhaite devenir autonome et décide de créer sa propre entreprise de BTP « Mariam Brique ». 

Elle nous a confié : « Ce n’est pas facile quand on est une femme parce que les gens pensent que ce travail est fait pour les hommes, mais quand on veut, on peut ! »

Chiffre d'affaires mensuel moyen : 3 000 000 FCFA (4 700 CHF)

Nombre d'emplois créés : 03 emplois

 

Tarha Production

Bocar Mahamane est un jeune entrepreneur de 27 ans originaire de Tombouctou. Une maîtrise en éducation en poche, il décide de se tourner vers la production multimédia et audiovisuelle. Suite à des formations et à des expériences diverses, Bocar a finalement décidé de créer sa propre société « Tarha Production ». Aujourd’hui, il est spécialisé dans la production de clips sonores et vidéo pour des artistes, cérémonies de mariage, baptêmes et la médiatisation de séminaires et de réunions officielles à travers une Web TV dans la région de Tombouctou. 

Chiffre d'affaires mensuel moyen : 300 000 FCFA (477 CHF)

Nombre d'emplois créés : 03 emplois

 

Mali
Ecosystème entrepreneurial
Appui à la Création d’Entreprise par les Jeunes
Le Mali fait face à plusieurs défis majeurs relatifs à l’emploi des jeunes. Il s’agit de : (i) l’augmentation rapide de la population en âge de travailler et les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes, (ii) l’importance des emplois informels, (iii) la faible proportion d’emplois formels dans les secteurs privé et...