La FeNaProM renforce les capacités des producteurs de mangue sur la lutte contre les mouches de fruits

Agriculture durable
25.05.2022
La plupart des vergers des producteurs de mangues au Bénin sont exposés aux attaques des mouches de fruits et autres insectes responsables de la destruction des manguiers et des lourdes pertes post-production. L’importance économique des dégâts causés par ces mouches s’est accrue au niveau de ces vergers remettant en question les succès commerciaux escomptés. Pour éviter ces attaques, le Programme d’Appui au Secteur du Développement Rural (PASDeR) financé par la coopération suisse au Bénin, a appuyé la Fédération Nationale des Producteurs de Mangue (FeNaProM) pour l’organisation au profit des producteurs, d’une formation sur les techniques de lutte contre les mouches de fruits. Cette formation vise à réduire considérablement les pertes post-production afin d’améliorer leur revenu.
La formatrice, madame WARGUI Rosine qui échange avec les producteurs sur le site de regroupement de Copargo
Un piège artisanal des mouches de fruits avec le Timaye

Cette formation qui a connu la participation de 124 producteurs de mangues (5 femmes) s’est déroulée sur cinq sites dont trois dans les départements du Borgou et de l’Alibori et deux dans l’Atacora et la Donga. C’était l’occasion pour Madame WARGUI Rosine, docteur en agronomie et spécialiste de la protection des cultures pérennes de fournir aux producteurs des compétences sur la reconnaissance des principales espèces de mouches de fruit, leur cycle de reproduction, les différentes méthodes de surveillance des vergers et de lutte contre ces espèces.

Certains participants donnent leur avis sur la formation : « Cette formation m’a permis de comprendre le processus de reproduction des mouches. En effet, ce sont les mouches femelles qui piquent la mangue et déposent leurs œufs dans la pulpe. Ces œufs donnent ensuite des larves qui, dès leur éclosion, se nourrissent de la pulpe du fruit pendant plusieurs jours avant de quitter le fruit pour s’enfouir dans le sol et se transformer en pupes. Ensuite, il sortira de chaque pupe une mouche adulte. Je prends l’engagement de restituer toutes les compétences acquises aux membres de ma coopérative » affirme Monsieur DANKORO Mohamed, membre de l’Union Communale des Producteurs (UCP) de Sinendé (centre nord Bénin).

Une mouche de fruit (Bactrocera dorsalis) dans la paume de main de la formatrice 
Des mangues infestées par les mouches de fruits

Des outils et conseils qui ont été donnés pendant la formation leur ont permis de cerner les 4 méthodes de lutte contre les mouches de fruit. Il s’agit de l’entretien et l’hygiène des vergers ; des piégeages de masse, du traitement par tâche (application d’appât empoisonné) ; de la lutte biologique et de la lutte intégrée.

« La pratique que nous avons réalisée sur la fabrication et la pose des pièges artisanaux, la préparation d’une solution d’appâts pour mouches à fruits (GF-120) et son application sur les arbres m’a redonné confiance en moi. A l’avenir, je saurai désormais reconnaitre la présence de mouches nocives dans mon verger. Je vais donc pouvoir appliquer ces techniques d’application et des dosages précis qui vont me permettre d’améliorer mes performances économiques. Je tiens à remercier la formatrice pour ses conseils, la FeNaProM pour avoir initié cette formation et la Coopération Suisse à travers le PASDeR 3 pour son appui technique et financier » témoigne Madame NATTA Jeannette, membre de l’UCP de Natitingou (nord-ouest Bénin).

La Fédération Nationale des Producteurs de Mangue (FeNaProM) est la seule faîtière au niveau national qui regroupe des Organisations Socioprofessionnelles (OSP) spécialisées dans la production de la mangue. Elle compte 24 coopératives communales de plus de 700 producteurs de mangues réparties dans les communes des Collines, du Borgou, de l’Alibori, de l’Atacora et de la Donga. Estimé à plus de 1’330 hectares pour plus de 100’000 pieds de manguiers, l’ensemble des vergers exploités donne une production de plus de 15’000 tonnes avec une quantité vendue à l’hectare de 1,71 tonne en moyenne pour une production à l’hectare de 15 tonnes.

Grâce à cette formation, elle va contribuer à une production nationale de mangue répondant aux besoins de qualité et de demande du marché. Ses producteurs pourront s’insérer dans la dynamique du gouvernement qui consiste à favoriser à terme, l’exportation de la mangue béninoise vers les pays du Nord.

Le Programme d'Appui au Secteur du Développement Rural (PASDeR) est financé par la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) et mis en œuvre par le consortium Swisscontact-LARES.

Bénin
Ecosystème entrepreneurial
Programme d’Appui au Secteur du Développement Rural (PASDeR)
Le quatrième Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH4) réalisé au Bénin a permis de dénombrer 10 008 749 habitants résidents dont 51,2% de sexe féminin. En rapportant cet effectif à la superficie du Bénin (114 763 km²), il se dégageait une densité de 87,2 habitants au kilomètre carré en 2013. En particulier,...