Appui au développement économique local dans la région de Tombouctou

23.08.2022
Se déroulant depuis décembre 2019 dans les régions de Gao et de Tombouctou, le projet d'appui au développement économique local et à la prévention des conflits dans les régions de Gao et Tombouctou (ADEL) et ses 12 bureaux d’orientation associés au dispositif d’orientation, d’information et d’insertion professionnelle (DOIP) - ouverts en région tombouctienne - ont déjà permis de recevoir 5136 jeunes désireux de s’insérer professionnellement.

Accueillis par des conseillers d’orientation, ces jeunes ont eu la possibilité de partager leur objectif professionnel avec ces nouveaux professionnels de l’insertion. Et, parmi ceux d’entre eux retenus parce que porteurs d’un projet pertinent entrant en cohérence avec les opportunités offertes par ADEL, 2 589 ont déjà bénéficié d’une formation technique et sont désormais en activité professionnelle.

Toutefois, la participation à une formation professionnelle n’est pas à elle seule – et de loin s’en faut – une garantie d’un accès facile et rapide à un emploi ou à des revenus décents. En effet, l’apprentissage d’un métier, généralement suivi d’un stage post-formation, n’est qu’un des apprentissages au travers desquels doit passer un - ou une - jeune désireux/se de s’insérer professionnellement.

Preuve en est le parcours par lequel est passé chacun des jeunes bénéficiaires du projet ADEL qui a fait le choix de se lancer en auto-emploi.

Une fois l’option « auto-emploi » validée, les futurs entrepreneurs travaillent à concrétiser leur projet, notamment en élaborant un business plan avec l’appui de leur conseiller – ou conseillère - d’orientation. Celui-ci finalisé et la formation technique achevée, le suivi post-formation est l’occasion de consolider les compétences professionnelles nouvellement acquises, pendant une durée de trois mois.

L’accès à un appui matériel et l’installation sur son lieu de travail ne libère pas pour autant le jeune entrepreneur d’un nouvel apprentissage. Certes, ce dernier est désormais détenteur de bonnes compétences techniques, d’un business plan et d’outils de base qui lui permettent de lancer son activité, mais il a encore tout à apprendre sur la manière avec laquelle mener son affaire. C’est là qu’interviennent les mentors qui, grâce à leur connaissance très pratique du monde des affaires, sont en mesure de prodiguer conseils et encouragement aux jeunes qu’ils rencontrent dans le cadre des sessions mensuels de mentorat. Sont alors abordés toutes les difficultés remontées par ces jeunes entrepreneurs, parmi lesquelles le manque de clientèle, la difficulté à gérer le budget ou à s’approvisionner en matières premières, de même que leurs coûts. Après ces trois ultimes mois d’appui via l’un des 22 mentors engagés auprès des bénéficiaires d’ADEL ayant opté pour l’auto-emploi, ces nouveaux auto-entrepreneurs prennent finalement leur envol en toute autonomie.

Après les appuis d’ADEL et les différents apprentissages dont ils ont bénéficié dans le cadre de leur accompagnement vers l’insertion, Djeinabou Alhousseini Maiga et Aguissa Alfjoumat – deux jeunes parmi l’ensemble des jeunes accompagnés – qui sont clairement confiants dans leur avenir professionnel. 

Djeinabou, 25 ans, s’est lancée dans la restauration avec l’appui du projet ADEL et travaille désormais à son compte à Tombouctou ville
Aguissa, 15 ans, a bénéficié d’une formation en vulcanisation dans le cadre du projet ADEL et est désormais employé auprès d’un atelier de Tombouctou. 
Mali
Formation professionnelle initiale
Appui au Développement Economique Local et à la Prévention des Conflits dans les régions de Tombouctou et Gao

Le projet a pour objectif de contribuer à la stabilisation des régions de Tombouctou et Gao et à la résilience des communautés et des collectivités territoriales en favorisant à la fois le développement économique local de 42 communes et l’amélioration de la gouvernance dans ces zones d’intervention.La crise socio-politique de 2012...