Programme de promotion de l’entreprenariat local (PROMEL) 

Le programme de Promotion de l’Entreprenariat Local dans le secteur rural au Niger est focalisé, par la création d’emplois et de revenus, spécifiquement sur l’autonomisation des femmes et des jeunes à travers le soutien à l’entreprenariat rural et l’accès aux marchés. il représente de ce fait un formidable levier de développement économique et social pour ces deux régions frontalières du pays à vocation essentiellement agricole et commerciale.
invalid
Dosso, Niger
13.0504833
3.2080991
invalid
Maradi, Niger
13.5009779
7.103639599999999
Durée du projet
2021 - 2025
Financé par
  • Direction du développement et de la coopération DDC

L’économie du Niger reste dominée par l’agriculture, essentiellement de type et le secteur informel. La croissance économique est instable et dépend d’une agriculture soumise aux aléas climatiques, d’un secteur extractif objet de fluctuations des prix et d’une insécurité limitant les investissements et les activités économiques, plus particulièrement en milieu rural. Le pays demeure encore le plus pauvre de la planète. La pauvreté touche particulièrement les femmes et les jeunes. L’insécurité alimentaire touche le tiers de la population.

Le projet vise l’adoption de mesures (i) inclusives des femmes et des jeunes et (ii) favorables au l’essor du secteur privé et des filières agricoles, ainsi que (iii) le soutien au développement de l’offre de services économiques. Par cela, il vise à stimuler l’émergence des Micro, petites et moyennes entreprises (MPME) pourvoyeuses d’emplois et de revenus décents pour les femmes et les jeunes ; et induire une dynamique auto-soutenable d’accroissement de la productivité, des opportunités de marché et de développement économique local.

Les interventions du projet visent une approche intégrative et progressive qui se réfère à l’ensemble du continuum productivité et diversification de la production agricole des exploitations familiales, transformation et valorisation de la production et enfin commercialisation équitable et efficace des différents produits avec un focus tout particulier sur le développement et le soutien à différentes entreprises de services en matière d’approvisionnement en intrants, d’équipements, de valorisation de la production et d’accès aux marchés.

Approches générales

ŸLa sensibilité aux conflits dans ce contexte fragile est intégrée dès le début et tout au long du cycle du projet et adapte les interventions de manière permanente sur la base d’une approche « Do not Harm ».

L’intégration du genre dans la pratique du développement augmente la pertinence, l’efficacité, l’impact et l’équité des activités. Dans ce sens le programme intégré de manière transversale et permanente la question du genre. La prise en considération des inégalités de genre dans le processus du développement de l’entreprenariat agricole, et particulièrement la valorisation du rôle actif de la femme.

La productivité des exploitations familiales constitue le fondement de l’ensemble du processus de développement d’une économie locale, fortement dépendante de la production agricole dans un contexte de mondialisation. Les exploitations familiales, pour répondre aux nouvelles exigences du marché, évoluent dans le sens d’une plus grande professionnalisation et d’une meilleure organisation collective de la production avec une implication forte des organisations paysannes.

Faire fonctionner les marchés au bénéfice des pauvres (M4P – Making markets work for the poor) est une approche visant à réduire la pauvreté. L’idée centrale de la démarche est le constat que les personnes pauvres dépendent des marchés pour leur subsistance. Améliorer l’accès et la compétitivité de ces marchés permettra aux populations pauvres de trouver leurs propres voies pour sortir de leur situation, en leur apportant la possibilité de vrais choix et de véritables opportunités. C’est donc une approche facilitatrice qui, par sa nature, prend en considération les processus multi-acteurs et travaille avec des partenaires locaux, régionaux et nationaux.

Afin de faciliter l'accès des acteurs soutenus aux produits et services financiers de base, adaptés à leurs besoins et à la nature de leurs activités, l'éducation financière sera entreprise par le biais de formation adaptés pour préparer l'intégration des jeunes et des femmes dans les milieux économiques et d'affaires. Un travail de mise en lien avec les institutions de microfinances (IMF) sera également réalisé à la fin de la formation afin de faciliter et de promouvoir l'utilisation rationnelle d’outils financiers disponibles. 

Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) : Toutes les solutions digitales éprouvées et accessibles pour la majorité des bénéficiaires seront testées et mises en œuvre pour ancrer les activités dans la réalité du 21ème siècle et bénéficier des nombreuses opportunités offertes par ces nouveaux outils à même de permettre la réalisation d’économies d’échelle et des gains de productivité. 

Le programme poursuit les objectifs autour de 4 axes stratégiques :

  •  Promouvoir et valoriser des filières agricoles et non agricoles porteuses dans le cadre du développement économique local.
  • Améliorer l’inclusion et l’accès au financement des bénéficiaires du programme et soutenir les producteurs, les entreprises et les organisations professionnelles à accéder à des sources de financement et des produits financiers innovants et adaptés.
  • Soutenir et accompagner des entreprises émergentes, génératrices de nouveaux emplois, par un meilleur accès aux services financiers, à l’utilisation des nouvelles technologies de l’information, à la formation professionnelle et continue et l’accès aux différents marchés.
  • ŸPromouvoir un cadre institutionnel et réglementaire favorable au développement de nouvelles entreprises (MPME) de production et de services initiées en particulier par des jeunes et des femmes. 

Résultats prévus :

  • 15.000 femmes et jeunes (au moins 40% de jeunes-hommes et 40% de jeunes-femmes) améliorent leur situation socio-économique au travers des opportunités d’emploi et de revenus
  • 400 MPME bénéficient de parcours d’accompagnement entrepreneuriaux