Beninclusif - Marchés dynamiques des produits agricoles durables

Le projet a pour objectif principal d’améliorer les conditions de vie des familles des exploitants en favorisant la dynamique du marché. Par une approche de systèmes inclusifs, il se concentre sur les marchés et les écosystèmes agricoles qui sont peu développés au Bénin. Dans sa première phase (2021-2024), un accent particulier sera mis sur la pisciculture et l’agrumiculture, deux secteurs à fort potentiel promus par le gouvernement béninois.
invalid
Cotonou, Benin
6.3702928
2.3912362
Durée du projet
2021 - 2024

Secteur de la pisciculture

Malgré la croissance du secteur aquacole de 7% par an de 2013 à 2017, plusieurs problèmes majeurs comme l’utilisation des équipements rudimentaires, l’accès à des intrants (alevins et provende) de qualité, une faible organisation des acteurs et l’accès au marché freinent son développement. Aujourd’hui, le secteur est caractérisé par une énorme dépendance vis-à-vis des poissons importés. Sur les 214'000 tonnes de poissons consommés par an au Bénin, la production locale ne dépasse pas les 50'000 tonnes (23%), le reste (77%) est importé. Cela se traduit par une perte considérable de devises de plus de 94 milliards FCFA (156'667'000 CHF) par an.

Secteur des agrumes

Jusqu'à présent, le secteur des agrumes constitue un secteur vierge qui n'a pas été touché par les projets de soutien du gouvernement ni par les projets de développement. Le secteur offre d’importantes opportunités, mais enregistre en même temps de grands défis tels que la faible structuration des acteurs, le manque d’intrants spécifiques et adaptés, une technologie adéquate moderne de transformation et l’accès aux crédits pour faciliter les investissements nécessaires en équipements. Aujourd’hui, les oranges sont les agrumes les plus importants au Bénin. Deux principaux types (pineapple et valencia) y sont cultivés. Ils ne sont pas très adaptés à la transformation et ne sont guère transformés. Ce qui fait qu'une grande partie de la production est soit vendue au Nigeria dans de mauvaises conditions, soit transformée ou pourrie entrainant ainsi une perte post-récolte significative.

Le projet

L’objectif principal du projet est d’améliorer les conditions de vie des acteurs locaux grâce à plus d'emplois et à des revenus plus élevés. De façon spécifique, il s’agit de faciliter :

En pisciculture,

  • La production et la fourniture des alevins de qualité ;
  • La promotion de la provende industrielle et l’introduction d’intrants alternatifs ;
  • La modernisation de la production des poissons d’élevage ;
  • La mise en place d’innovations dans la transformation des poissons ;
  • La structuration des acteurs dans la pisciculture ;
  • L’accès au marché.

En agrumiculture,

  • La mise en place de fertilisants, d’engrais, de pesticides et d’autres produits phytosanitaires ;
  • L’amélioration du matériel végétal et la mise à disposition des pépiniéristes d’une variété améliorée d’oranges ;
  • Le renforcement des capacités techniques des pépiniéristes, producteurs et transformateurs ; 
  • La structuration des acteurs de la filière agrumes ;
  • L’accès au marché.

 

Zones d’intervention : Sept départements du Sud et du Sud-Ouest du Bénin

Pisciculture : Ouémé – Plateau - Atlantique - Littoral et Mono

Agrumes : Zou et Couffo.

Approche :

Pour assurer une mise en œuvre efficace des activités et atteindre des changements systémiques et durables, le projet suit une approche sectorielle à travers :

  • La mise en place des modèles d’affaires ;
  • Le suivi et la mesure des résultats.

Groupes cibles :

Secteur de la pisciculture (30 % de femmes)

  • 2 000 pisciculteurs
  • 500 transformateurs

Secteur des agrumes (15 % de femmes)

  • 100 pépiniéristes
  • 1 000 producteurs
  • 25 transformatrices

Résultats attendus

Secteur de la pisciculture

Les pisciculteurs et les transformatrices de poissons, structurés, améliorent leurs conditions de vie grâce à une amélioration de leur revenu annuel d’au moins 30%.

Ainsi, le projet s’attend à ce que :

  • La provende produite localement et de haute qualité devient disponible à un prix inférieur à celui des importations ;
  • Les larves de la mouche du soldat noir sont présentées comme une alternative bon marché aux protéines coûteuses et importées pour produire cette provende ;
  • Le processus de l’importation certifiée des géniteurs devient plus rapide et facile et cela améliore la qualité et la disponibilité des alevins performants pour les pisciculteurs 
  • Les prestataires privées renforcent les capacités des pisciculteurs sur les techniques de production moderne ;
  • Les clusters dans la filière poisson sont mis en place pour faciliter l’écoulement des produits ;
  • Les prestataires privées renforcent les capacités des transformatrices sur des techniques innovantes de fumage de poissons ;
  • Les prestataires privées fournissent aux transformatrices des équipements performants de transformation qui améliorent la qualité des produits transformés.

Secteur des agrumes

Les pépiniéristes, les producteurs et les transformatrices de la filière agrumes (les oranges en particulier), structurés, améliorent leurs conditions de vie grâce à une augmentation de leur revenu annuel d’au moins 15%.

Ainsi, le projet s’attend à :

  • L’amélioration de la production d’agrumes à travers l’accès aux intrants spécifiques et adaptés fournis par des entreprises locales ;
  • La facilitation d’accès des acteurs au financement à travers le Fonds National de Développement Agricole (FNDA) ou des Institutions de Microfinances ;
  • La facilitation de la commercialisation dans la sous-région par des acteurs divers à travers la suppression des barrières tarifaire et non-tarifaire.

 

Partenaires de financement

Ce projet fait partie du programme de développement de Swisscontact, cofinancé par la DDC (Direction du développement et de la coopération Suisse, Département fédéral des affaires étrangères DFAE).

Nous vous remercions cordialement de soutenir notre travail avec votre don.

Nouvelles

Bénin
Ecosystème entrepreneurial
30.03.2021
Concertation avec les acteurs du secteur des agrumes pour la promotion et l’accès aux intrants spécifiques
Du 25 au 26 mars 2021, s’est tenu à Abomey, l’atelier de concertation des acteurs clés du secteur de l’agrumiculture sur la problématique des intrants spécifiques et des variétés performantes d’oranges. Organisé par le projet « Béninclusif » en collaboration avec l’Agence Territoriale de Développement Agricole du pôle 5 (ATDA5), cet atelier s’inscrit dans le cadre de la promotion et de l’accès aux intrants spécifiques des agrumes, l’un des trois domaines d’intervention du projet. 
Bénin
Ecosystème entrepreneurial
20.01.2021
Sur les traces d’une forte mortalité des tilapias dans la lagune Toho : un expert d’aquaculture en mission au Bénin
Dans le cadre de la mise en œuvre du projet Béninclusif, exécuté et financé par Swisscontact, il a été engagé un expert retraité en pêche, aquaculture et environnement, M. Adrian Piers, pour réaliser une mission diagnostique et d’approches de solutions à un problème spécifique sur la lagune Toho. Il s’agit d’une forte mortalité de poissons « Tilapias » enregistrée sur la lagune dans les mois d’octobre à février de chaque année depuis 2015.
Bénin
Ecosystème entrepreneurial
24.11.2020
Partenariat pour la promotion et le développement de la pisciculture au Bénin
Le Projet « Béninclusif » contribue au développement des filières poisson et agrumes et vise à améliorer les conditions de vie des producteurs à travers une augmentation de leurs revenus.  Par le biais de l’approche Marché Inclusif, le projet accompagne les acteurs du marché pour investissement dans des modèles d’affaires bénéfiques. Ainsi, ils adoptent de nouvelles pratiques et des innovations. Par ailleurs, ils s’impliquent dans le lobbying à travers l’élaboration des plaidoyers pour un changement et/ou l’établissement des règles et normes, qui sont favorables à un meilleur fonctionnement du marché.