Partenariat pour la promotion et le développement de la pisciculture au Bénin

Ecosystème entrepreneurial
24.11.2020
Le Projet « Béninclusif » contribue au développement des filières poisson et agrumes et vise à améliorer les conditions de vie des producteurs à travers une augmentation de leurs revenus.  Par le biais de l’approche Marché Inclusif, le projet accompagne les acteurs du marché pour investissement dans des modèles d’affaires bénéfiques. Ainsi, ils adoptent de nouvelles pratiques et des innovations. Par ailleurs, ils s’impliquent dans le lobbying à travers l’élaboration des plaidoyers pour un changement et/ou l’établissement des règles et normes, qui sont favorables à un meilleur fonctionnement du marché. 

Le projet se concentre sur les thématiques telles que « compétitivité du poisson local par rapport au poisson importé », « protection environnementale », « genre et inclusion sociale », « sécurité alimentaire » et « autonomisation économique des femmes et des jeunes » afin d'impulser la croissance économique et contribuer à la réduction de la pauvreté au Bénin.

Le soutien dont la Fédération Béninoise de la Promotion de l’Aquaculture (FéBéPA) a bénéficié s’inscrit dans le cadre de l’appui à la structuration des organisations des pisciculteurs en coopératives et unions de coopératives dans les pôles de développement agricole (PDA) 6 et 7. Le PDA 6 regroupe les communes du département du Plateau à savoir Adja-Ouèrè, Ifangni, Kétou, Pobè et Sakété. Le PDA 7 regroupe toutes les communes des départements de l’Ouémé, de l’Atlantique, du Littoral et du Mono. « Ce partenariat qui vise à rendre plus professionnels et dynamiques les pisciculteurs, était plus que nécessaire » affirme Grégoire Kpossou, 35 ans, pisciculteur et Président de FéBéPA.

Une fois mis sur les fonts baptismaux, la fédération est sujet à d’énormes difficultés qui a conduit le président à opter pour la recherche de partenariats. « Avant, les pisciculteurs n’étaient pas bien organisés, le nombre exact des membres de chaque association n’était pas connu car cela variait en fonction des entrées et des abandons. Il était difficile pour FéBéPA de fournir aux instances d’appui des statistiques fiables sur ses membres. Tout cela affaiblissait la fédération qui n’arrivait pas à jouer efficacement son rôle envers ses membres. Pour satisfaire les besoins jusque-là négligés ou ignorés, nous avons donc sollicité Swisscontact », souligne Grégoire Kpossou.

Swisscontact a ainsi été sollicitée par le président de FéBéPA pour l’accompagnement pour la structuration de ses membres. Un premier accord de partenariat a donc été conclu ayant pour objectif de recenser, de structurer et d’élaborer une base de données exhaustive des membres de cette fédération dans les pôles 6 et 7 qui constituent la zone d’intervention du projet.

Le partenariat ainsi établi a permis dans un premier temps de recenser 1 127 pisciculteurs et 731 mareyeuses de la zone d’intervention du projet dont 160 pisciculteurs sont renforcés sur la technique d’élevage de poissons en poche de filet fixe en vue d’améliorer leur productivité. « Nous avons besoin des statistiques sur les pisciculteurs et sur leurs activités pour communiquer sur notre capacité de production et pour mieux satisfaire les besoins de nos membres » confia le président.

Un second contrat, a été établi entre Swisscontact, FéBéPA et la Ferme Agro-Pastorale de la Vallée (FAPV) dans le cadre de la réalisation des essais sur la provende industrielle fabriquée par FAPV. Ce partenariat permet d’expérimenter et de connaître les performances zootechniques de cette provende industrielle en cours d’essai par huit pisciculteurs membres de FéBéPA. « Si ces essais sont concluants, FéBéPA pourra se positionner comme un intermédiaire pour la distribution de cette provende à ses membres. » explique monsieur Kpossou.