Nous utilisons des cookies pour optimiser ce site.
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus

Une formation pratique aide les jeunes à entrer dans la vie professionnelle (YEP)

«Un Népal prospère pour le bonheur du Népalais» est l'objectif à long terme proclamé par le gouvernement du Népal en 2018. Pour atteindre cet objectif, les jeunes népalais devront s'engager dans diverses activités économiques. Malheureusement, les données gouvernementales montrent que seuls 63% des 1 636 598 personnes ayant réussi l'examen de fin d'études secondaires ont poursuivi leurs études au niveau supérieur, tandis que les 37% restants ont abandonné leurs études. Cette situation les place dans une position peu réjouissante pour mener leurs activités économiques et de génération de revenus. En outre, nombreux sont les jeunes qui n'ont pas accès à des fonds et ne peuvent donc pas s'investir dans l'éducation et la formation, notamment ceux-là qui sont marginalisés et / ou économiquement faibles (désormais appelés groupes défavorisés - DAG). Ces groupes sont officiellement la principale cible / les principaux bénéficiaires du projet.

Le Népal a besoin d’investissements soutenus dans le développement des compétences et de l’esprit d’entreprise des jeunes Népalais, non seulement pour son marché du travail local, mais également pour le marché international. Environ 1 200 jeunes gens quittent le pays  par jour à la recherche d’emploi dans les pays du Golf, en Malaisie ou vers d’autres destinations. Ces jeunes aspirent à de meilleurs revenus dans les pays d’accueil. Globalement, on estime que 1/4 de la population active est à l'étranger. L’économie du pays est fortement tributaire des envois de fonds des pays étrangers. Bien que le secteur privé népalais soit de plus en plus conscient de la valeur des travailleurs qualifiés, il hésite encore à investir suffisamment dans le renforcement des compétences de la main-d'œuvre locale. Cependant, l'expérience de la migration hors des frontières du Népal a montré que les jeunes eux-mêmes suivent une formation dans leur pays d’accueil et sont susceptibles d'y investir lorsque des emplois sont garantis.

Le projet

Le projet de Swisscontact vise à améliorer les chances des jeunes défavorisés à trouver des salaires plus élevés ou un travail indépendant au Népal. Néanmoins, le projet reste conscient que malgré tout, certains continueront à migrer vers l’étranger. Pour donc infléchir la courbe de la migration, le projet offre aux jeunes un accès aux compétences de base et à la formation pour l’amélioration des compétences. Pour atteindre cet objectif, il est mis en place des tests de compétences et de certification, et la promotion du travail indépendant, y compris l'accès au financement. En outre, cela garantit également que les jeunes bénéficient d’une formation non technique, un service d’orientation avant, pendant et après la formation afin de les aider à trouver un salaire ou un travail indépendant. Le projet de Swisscontact ne fournit pas les services aux jeunes, mais renforce les capacités des ONG et des entreprises privées pour fournir ces services.

La nécessité d'un soutien financier pour la formation des Jeunes défavorisés (DAG) est œuvre de longue haleine qui ne changera pas dans un avenir proche ou moyen. En conséquence, plusieurs projets de développement offrant diverses subventions pour la formation professionnelle, dont certains sont fortement subventionnés, faussent le marché de la formation. Néanmoins, Swisscontact a adopté la politique consistant à subventionner la formation de manière minimale et même à demander une contribution nominale au titre des frais de formation pour encourager les stagiaires à se sentir plus impliqués. En retour, cette politique oblige les prestataires de formation à assurer un placement qui rendra la formation très attrayante pour les jeunes aspirants. Dans le cadre du projet, les prestataires de formation sont rémunérés pour leur capacité à placer des diplômés dans des emplois rémunérés et par rapport au niveau de revenu de leurs diplômés.

Les cibles

Mahottari, Sindhuli, Morang, Sunsari et Dhakuta, dans la région du Terai oriental.

Pour ce faire, il effectue des activités dans les 3 Zones d’Intervention (ZI) ci-dessous, avec les objectifs suivants:

Formation à la promotion de l'esprit d'entreprise

400 jeunes, issus en particulier des Groupes Défavorisés (DAG) et des migrants de retour, seront formés aux concepts, principes et outils de base de l'entrepreneuriat et à l'accès au financement. La formation aboutira à la création de 240 nouveaux travailleurs indépendants / micro-entrepreneurs (60% des jeunes ciblés) avec un revenu supplémentaire de 50% mais un salaire minimum d’une activité indépendante (revenu minimum de 7500 NPR / mois, soit 75 USD ).

Développement des compétences des jeunes sans emploi et non qualifiés

2 500 jeunes sans emploi, en particulier issus des GAD, bénéficieront d'une formation pratique, axée sur le marché et  les compétences de base, afin de saisir les opportunités d'emploi dans des secteurs tels que le tourisme, la construction, la mécanique et le vêtement. Cela concernera 1 750 jeunes employés (70% des jeunes ciblés) avec un salaire minimum ou un travail indépendant. 

Formation pour l'amélioration des compétences des travailleurs peu qualifiés

400 travailleurs, en particulier des groupes de jeunes défavorisés peu qualifiés, bénéficieront d'une formation renforcée leur permettant d'accroître leurs chances de trouver un meilleur emploi, de développer ou de créer leur propre entreprise. Cela aura pour résultat 320 travailleurs (80% des travailleurs ciblés) avec un revenu supplémentaire augmenté de 50% mais avec un salaire minimum rémunéré ou un travail indépendant.

Dans l’ensemble, le projet vise également à obtenir un tiers des avantages sous forme féminine et 40% à bénéficier des groupes de discussion.

Résultats

Résultats 2017 - 2018

  • Au total, 1 814 jeunes hommes et femmes ont achevé leur formation professionnelle dans les six districts, y compris l'orientation professionnelle et l'accès aux services financiers. (87 % provenant de groupes défavorisés).
  • Les efforts de nos partenaires locaux pour intégrer les jeunes adultes au marché du travail ont été couronnés de succès : 1 287 (plus de 90 %) des diplômés d'une formation de développement des compétences ont trouvé un emploi.
  • L'augmentation totale des recettes cumulées grâce aux interventions du projet s'élève à CHF 1 376 583.

Partenaire du projet

  • Symphasis Foundation, Fondation Tibetania 

Pays du projet

  • Népal

Durée du projet

2017 - 2020

Financement

  • DDC
  • Symphasis Foundation, Fondation Tibetania

Domaine de travail

Compétences

Swisscontact
Swiss Foundation for Technical Cooperation
Hardturmstrasse 123
CH-8005 Zürich

Tel. +41 44 454 17 17
Fax +41 44 454 17 97
E-Mail info@STOP-SPAM.swisscontact.org