Nous utilisons des cookies pour optimiser ce site.
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus

Rencontre avec le Régisseur de la Maison d’arrêt de Maradi

Echange avec le Capitaine Hamidou Tankari, régisseur de la maison d’arrêt de Maradi, à l’occasion de la journée de l’enfant africain dont la thématique cette année était « accès à une justice adaptée aux enfants en Afrique ».

 

Depuis quand Swisscontact est en partenariat avec vos services ? à travers quel programme ?

« Swisscontact a commencé à intervenir dans notre centre en Janvier 2020 à travers le projet sur les alternatives aux poursuites judiciaire et à la détention et à l’amélioration de la prise en charge des mineurs détenus (PAPJ).  Nous avons accueilli à bras ouvert ce programme de Swisscontact, en partenariat avec Unicef, qui permet aux enfants de bénéficier de formations »

Quel est l’impact de l’intervention de Swisscontact dans les maisons d’arrêts ?
 
« Ce projet permet aux enfants incarcérés de recevoir des formations de qualité et contribue à leur rééducation ce qui favorisera leur réinsertion dans la vie active auprès de leurs familles en particulier et de la société en générale.
Trois formations ont déjà été mises en œuvre dans notre centre à savoir une formation en alphabétisation qui est suivie par tous les mineurs et étalée sur toutes la durée du programme, une formation en restauration et une formation en boulangerie-pâtisserie. Cette dernière formation, toujours en cours a vraiment fait ressortir les talents de ces enfants. Elle a mis au jour une activité économique lucrative pour notre centre. Les activités de Swisscontact ont une répercussion positive dans notre centre. Aujourd’hui on n’achète plus de pain hors de la maison d’arrêt car nous l’avons à portée de main. »  


Comment facilitez-vous l’intervention de l’équipe du projet à la maison d’arrêt ?
 
« Nous nous sommes pleinement impliqués dans la mise en œuvre du projet de Swisscontact dans notre centre en leur facilitant toutes les démarches pour autoriser les jeunes à suivre les formations et aussi les surveiller. On a aussi mis en place des moyens de lutte contre la COVID-19 à travers des kits de lavage des mains et des masques. Nous sommes fiers d’apporter notre modeste contribution pour la bonne marche de toutes les activités de nos différents partenaires qui interviennent dans la maison d’arrêt. »

Un dernier mot ?  

« Ce qui est vraiment intéressant à travers ce projet, c’est que ces mineurs, à leur sortie, ont une réelle opportunité de s’insérer professionnellement avec un métier en main et un avenir prometteur, et ceci grâce à Swisscontact.»  

Nouvelle Niger