Nous utilisons des cookies pour optimiser ce site.
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus

Interview du 2ème vice-Maire de Tibiri, région de Maradi

La création de centres de formations a un impact économique pour les différentes localités où ils sont implantés. Ils permettent aux jeunes d’accéder à la formation et d’acquérir de nouvelles compétences nécessaires au développement économique de leur communauté. Echanges avec El hadji Issoufou Ladan, 2ème vice-Maire Tibiri.

 

Depuis combien de temps Swisscontact intervient dans votre commune ?
« Swisscontact intervient dans notre commune depuis 2014 avec l’installation du SIFA (Site Intégré de Formation Agricole). Depuis 2016 nous bénéficions également de CCEAJ (Centre Communautaire d’Education Alternative des Jeunes).»


Qu’est-ce que ces centres ont apporté à la population locale ?
« Près de 575 jeunes de la commune ont été formés dans les domaines de l’agriculture, de la transformation agroalimentaire et de l’élevage. Ils ont également permis à ces jeunes d’être alphabétisés. A travers les CCEAJ, les enfants qui avaient été déscolarisés ont une deuxième chance d’acquérir les compétences de base pour envisager de poursuivre leurs études pour la plupart vers la formation professionnelle, mais aussi pour certains dans l’enseignement classique. »



Comment la mairie accompagne le fonctionnement de ces centres ?
« Nous accompagnons l’organisation paysanne qui gère le SIFA et les COGES (comités de gestion) des CCEAJ dans la sensibilisation et le recrutement des apprenants. Nous assurons le suivi des formations et aussi l’entretien et la réparation de certains équipements. Nous avons aussi mis à disposition de l’organisation paysanne qui gère le SIFA le terrain sur lequel les jeunes sont formés »



Quel impact pour l’économie locale ?
« Les jeunes formés à travers le SIFA travaillent actuellement pour eux-mêmes. Ils gagnent bien leur vie et peuvent s’occuper de leur famille. L’impact de ces formations se voit sur la communauté car certains des jeunes formés deviennent conseillers techniques auprès des populations en agriculture, élevage, entre autres, grâce aux techniques acquises. »

Nouvelle Niger