Nous utilisons des cookies pour optimiser ce site.
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus

« So Kalan : ma classe à la maison » : la plateforme de e-learning au Mali

Face à la crise générée par la pandémie du COVID-19, le FACEJ a lancé le 1er mai dernier un nouveau dispositif d’urgence « crise COVID-19 ». Son objectif est de permettre à des entreprises déjà existantes, de développer leurs savoir-faire et capacités à répondre à la crise sanitaire.

 

Prévu pour la durée de la crise, le nouveau dispositif propose un financement d’urgence, accompagné d’une subvention, aux entreprises capables de mettre en œuvre rapidement des actions contribuant à atténuer ou lutter contre l’épidémie et/ou ses effets directs et indirects.

 

L’entrepreneure Ada Ouologuem est ingénieure en télécom âgée de 32 ans. Après de nombreuses rencontres avec différents acteurs de la société malienne issus de tous horizons, elle prend très vite conscience du rôle majeur de l’éducation pour le futur de la société malienne. Début 2020, la pandémie du COVID-19 s’ajoute aux problèmes sociaux-politiques qui ont forcé les écoles publiques à fermer leurs portes, laissant les élèves sans aucune alternative pour poursuivre leur scolarité.

 

En mars 2020, avec une équipe de sept jeunes, Madame Ada Ouologuem créé le projet « So Kalan : ma classe à la maison ».

« So Kalan » est la première plateforme de e-learning conçue et réalisée au Mali. En partenariat avec une école de Bamako, Madame Ada Ouologuem et son équipe réalisent des « capsules » didactiques d’environ 20 minutes sur des sujets d’examen. A travers ces petites vidéos, « So Kalan » redonne progressivement accès à un enseignement de plus en plus complet, offrant des cours de mathématiques, français, physique-chimie, biologie, histoire et géographie.  L’émergence du COVID-19 et ses conséquences pour les élèves incite la jeune entreprise à renforcer son programme d’éducation. « So Kalan » en profitera pour sensibiliser les jeunes aux mesures de protection contre le Covid-19. Les « capsules-vidéos » sont diffusées sur sa propre plateforme en ligne et sur la chaîne de télévision « Africable ».  « So Kalan » introduit également un logiciel de visio-conférence, facilitant une communication interactive entre les élèves et les professeurs : les élèves ont l’opportunité de poser leurs questions et les professeurs d’interroger leurs élèves. En seulement quelques mois, plus de 500 élèves se sont connectés et suivent les cours en ligne. Au-delà du Mali, la diffusion des vidéos sur la chaîne de télévision « Africable » permet à des élèves de suivre les cours au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Niger.

 

L’accompagnement du FACEJ a permis à Madame Ouologuem de transformer son projet en une vraie entreprise, de rémunérer son équipe et de créer de nouveaux partenariats. Son facilitateur « Donilab » continue de l’accompagner et de la conseiller dans l’atteinte des futurs objectifs de son entreprise. Elle envisage, entre autres, d’améliorer son modèle économique en proposant à des écoles partenaires de louer les services de la plateforme « So Kalan ». A charge pour ces dernières de la mettre au service de tous leurs élèves de toutes les classes.

Nouvelle Mali