Nous utilisons des cookies pour optimiser ce site.
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus

Bakary Kabré : un jeune entrepreneur qui s’adapte

Bakary Kabré a 32 ans et vit dans la commune de Koudougou à trois heures de route de Ouagadougou, la capitale. Il vit avec sa femme, ses deux enfants et sa petite sœur dont il assure également l’éducation.

Depuis qu’un ami imprimeur lui a vendu sa première machine en 2013 pour qu’il s’essaie à l’imprimerie, Bakary cherche à développer et à faire fructifier les activités de sa microentreprise dans le domaine du secrétariat et de l’imprimerie.

 

« Mon ami savait que ce travail était intéressant à Koudougou, car on devait aller jusqu’à Ouagadougou pour faire ses impressions (…) en plus, on ne peut y imprimer qu’en grosse quantité et ce n’est pas toujours ce que veulent les clients ».

 

Pour Bakary, débuter dans ce secteur porteur était un enjeu de taille. « A Koudougou dans ce domaine, il faut travailler sur des petites quantités. En m’installant j’ai dû développer ma clientèle car je n’avais pas assez de clients mais il me fallait en même temps la même qualité d’impression que ce que proposaient les grosses imprimeries de Ouaga ».


Après des allers retours à Ouagadougou pour étudier les différentes qualités et rendu des machines et son installation dans un local à Koudougou, Bakary a décidé de s’inscrire en 2017 dans le processus d’accompagnement pour les Jeunes Entrepreneurs proposée par la mairie en partenariat avec Swisscontact. « Mon objectif était de développer la clientèle. La première formation qui portait sur l’entreprenariat m’a beaucoup aidé. Au début je ne savais pas gérer la clientèle et leurs attentes. Maintenant, après la livraison je me libère toujours un temps pour avoir un retour. On discute des délais et de la qualité de mon travail, ils me donnent leur appréciation et je tiens compte de cela dans les travaux futurs ».

 

Bakary travaille pour beaucoup d’écoles de la commune : il imprime les bulletins de notes, les reçus d’inscription, les cartes scolaires. Il travaille également pour des restaurants, les « maquis », les commerçants pour lesquels il imprime les cartes de visites, des carnets de reçus, les menus et les affiches.

« Les deux autres formations respectivement sur la gestion de crédit et la gestion de petit commerce, ajoutées à la première sur l’entreprenariat m’ont donné beaucoup d’idées en organisation, en gestion. Par exemple, avant je ne savais pas si je gagnais ou pas. J’avais un employé, mais c’était difficile en matière de gestion de la microentreprise. En fait, je n’avais pas de gestion avisée. Après les différentes  formations et avec l’appui des agents qui assurent notre coaching au quotidien, je cotise pour les investissements, achète le matériel. J’ai renouvelé mon matériel grâce à mes fonds propres, j’ai développé la clientèle (…) et acquis une motocyclette pour mes déplacements. Il faut noter que j’ai aussi reçu des conseils pour continuer de me faire former ». Bakary a ainsi passé un Brevet de Qualification Professionnel en imprimerie en 2017 et est inscrit depuis 2018 au diplôme de Brevet de Qualification Professionnel dans la maintenance informatique et la bureautique.


Fort de ce diplôme, il a pu mettre plusieurs cordes à son arc. Il développe une branche complémentaire au métier d’imprimeur dans sa commune. « J’ai développé les activités de dépannage informatique dans les communes, à côté des activités de secrétariat et d’imprimerie. Ça me permet d’avoir des revenus plus réguliers ». C’est le conseil reçu pendant les formations et le suivi de mes activités pour la formation continue qui m’’a permis d’être là où je suis en ce moment ».


En Juillet 2019, deux ans après sa formation, Bakary travaille toute l’année. Il a développé sa clientèle et diversifié ses activités. Il est passé de 1 à 4 employés qui travaillent à temps plein. Le jeune père de famille se dit comblé et voit désormais son avenir en couleur.

Burkina Faso Nouvelle Entreprise