Nous utilisons des cookies pour optimiser ce site.
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus

Projet Gobi Anfani : « Promouvoir l’autonomisation financière des femmes pour un développement économique durable et inclusif ».

Le Consortium Swisscontact-LARES à travers la phase 2 du Programme d’Appui au Secteur du Développement Rural (PASDeR 2), financé par la Coopération Suisse au Bénin au profit des Organisations Socio-Professionnelles du Borgou et de l’Alibori, implémente depuis juillet 2018 le projet « Gobi Anfani» une initiative d’accompagnement des groupements de femmes pour leur autonomisation financière dans deux communes pilotes que sont Sinendé et Nikki.

Basé sur le principe des systèmes endogènes de tontine, ce dernier a pour objectif principal d’améliorer la capacité financière des femmes exclues de tout service financier, formel ou informel à travers la formation des groupes d’épargne (GE).  Ces GE composés de 15 à 25 membres, permettent aux femmes de mettre ensemble leur économie en vue de disposer de ressources nécessaires pour développer des activités génératrices de revenus ou subvenir à leurs besoins et ceux de leurs familles. Chaque GE est animé par un comité de gestion composé d’une présidente, d’une trésorière, d’un secrétaire et de deux compteurs d’argent qui assure le bon fonctionnement du groupe et de la caisse. 

A ce jour, 20 GE ont été créés soit un total de quatre cent vingt-trois (423) adhérents dont vingt-trois (23) hommes. Le prix unitaire des parts varie entre 100 FCFA et 500 FCFA. Même si les montants mobilisés sont faibles, ils permettent aux GE de capitaliser d’importantes ressources. En effet, pour l’ensemble des GE, le montant épargné du 15 février et au 19 mai 2019 est estimé à deux millions deux cent cinquante-neuf mille huit cents (2 259 800) FCFA avec un million deux cent vingt-cinq mille deux cent cinquante (1 225 250) FCFA de crédits octroyés à cent vingt-huit (128) membres. 

Bien qu’il soit à ses débuts, ce modèle établit déjà des effets positifs sur la vie des femmes bénéficiaires au travers des témoignages. 

WONGAGUI Awaou, femme Bariba, 36 ans, Présidente d’un GE à Sinendé, nord Bénin

« L’épargne que nous mobilisons et les crédits que nous nous octroyons, ont contribué au renforcement de la solidarité entre femmes au sein de notre localité. Chacune de nous est consciente qu’elle doit œuvrer pour la durabilité de notre GE au vu des avantages que cela nous procure. En effet, grâce au crédit de 20 000 FCFA que j’ai obtenu de mon GE, j’ai pu labourer très vite mon champ sans l’appui de mon époux ».

L’un des facteurs de succès de cette initiative est qu’elle s’appuie sur une méthodologie simple, capable de contourner les obstacles qui restreignent le développement économique des femmes au sein des communautés les plus pauvres ou socialement plus conservatrices.  

ALIDOU Djénabou, femme Peulh, 50 ans, membre d’un GE de la commune de Nikki, nord Bénin

« Grâce au projet GOBI ANFANI, j’arrive à épargner de manière constante une partie des revenus générés par la vente du lait de vache et du fromage. J’ai fait un prêt au niveau de mon GE pour acheter des aliments pour mon bétail. C’est la première fois que je contracte un prêt dans ma vie. Dans notre communauté, il n’est pas recommandé d’aller contracter un crédit au niveau des systèmes financiers, mais puisque nous gérons les transactions entre nous, cela ne gêne personne. Certains époux qui viennent assister à nos réunions ont fini par adhérer   au GE. Merci à tous ceux qui ont initié ce projet ».

Enfin, le projet GOBI ANFANI en favorisant un accès à des services financiers d’épargne et de crédit et à l’éducation financière des femmes bénéficiaires, constitue pour celles-ci un premier pas vers l’autonomisation financière et le développement économique durable et inclusif.

Nouvelle Bénin Finances