Nous utilisons des cookies pour optimiser ce site.
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus

Première session du comité d'orientation stratégique 2018 : examen du bilan à mi-parcours

La quatrième session du Comité d’Orientation Stratégique(COS) du programme d’Appui au Secteur du Développement Rural (PASDeR2), financé par la Coopération suisse au Bénin et exécuté par le Consortium Swisscontact-LARES, s’est tenue les 31 janvier et 1er février 2018 à Ségbana. Cette session a été surtout consacrée à l’examen du bilan à mi-parcours du programme, du point d’exécution du programme annuel 2017 et des dossiers relatifs à l’avis de non objection pour la réalisation des retenues d’eau et des projets devant être financés par le programme sous la rubrique budgétaire prévue pour les actions particulières.

 

La deuxième phase dudit programme, élaborée suite aux résultats encourageants de la phase 1, vise à « contribuer à l’accroissement durable de la productivité des exploitations familiales agricoles et pastorales des départements du Borgou et de l’Alibori par la promotion d’au-moins quatre (04) filières agroalimentaires (principalement maïs, riz, lait, viande)». Démarrée depuis octobre 2015 pour une durée de 4 ans, la deuxième phase du programme est à mi-parcours de sa mise en œuvre.

La session a été présidée par Mme Rahamatou YACOUBOU HOUNDOLO, représentante du Directeur de la Programmation et de la Prospective du Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche empêché. Le mot de bienvenue en direction des membres du COS a été prononcé par le Maire de la commune de Ségbana. Dans son allocution d’ouverture officielle, la présidente du COS a rappelé les enjeux et défis de 2018 après avoir souhaité les vœux de la nouvelle année 2018 aux participants au nom de son Ministère et en son nom. Ensuite, elle a souhaité pleins succès aux travaux de ladite session.

Des efforts salués


Au 31 décembre 2017, soit à deux ans et 3 mois de mise en œuvre du PASDeR sur les 4 années de la phase 2, les taux globaux d’exécution physique et financière du programme sont respectivement de 58% et de 57%. C’est la preuve que la mise en œuvre du programme suit son cours normal. Quant au taux d’exécution physique des activités du programme annuel 2017, il est estimé à 87% pour un taux d’exécution financière de 77%. Sa mise en œuvre  a permis un accroissement du revenu net moyen annuel de 22,7%.

Le taux d’accroissement de mobilisation des ressources internes des Organisations Socio Professionnelles est estimé à 24,7% pour l’Union Régionale des Producteurs du Borgou Alibori et 21% pour la Chambre Interdépartementale de Métiers du Borgou et de l’Alibori (CIM/BA). Celui de l’Union Départementale des Organisations Professionnelles des Eleveurs des Ruminants (UDOPER) a montré une augmentation sensible par rapport à l’année 2016. Les sources de revenus sont essentiellement les cotisations annuelles des membres ainsi que les droits statutaires.

Par rapport aux indicateurs d’impacts, 50% des indicateurs ont déjà atteint leur cible, alors que l’horizon escompté pour ces cibles est fin juin 2019. Le revenu net moyen annuel des producteurs provenant des filières choisies (maïs, soja, riz, manioc et maraichage) est passé de 1 168 758 FCFA à 1 336 263 FCFA, soit un accroissement de 14,3% imputable en grande partie aux hommes qui ont vu leur revenu net moyen croitre de 24,6% en un an pour 14,2% chez les femmes.

De même, les membres du COS ont apprécié le point de mise en œuvre des recommandations, tant de la mission de backstopping de la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) que de de la troisième session du COS tenue du 09 au 11 Août 2017 à Bembèrèkè. Dans l’ensemble, l’état de mise en œuvre des recommandations est satisfaisant même si des efforts méritent d’être consentis sur celles de la mission de backstopping.

 

Des décisions concertées et encourageantes

Le COS a décidé de la réhabilitation de trois retenues d’eau (Sikki peulh à Sinendé, Sonsoro à Kandi et Warami  à Ségbana) et de la construction de deux nouvelles retenues d’eau à Bouanri (Bembèrèkè) et à Kalalé (ou Pèrèrè) avec une procédure d’appels d’offres conforme aux procédures de passation des marchés en vigueur au Bénin. Toutefois, la Coopération suisse au Bénin conditionne son appui financier de 50% à la construction des nouvelles retenues par un cofinancement de 50% des bénéficiaires et des collectivités locales.

La session du COS a également statué sur quelques projets innovants à expérimenter au titre des actions particulières. Il s’agit du projet relatif à l’amélioration de la mobilisation des ressources financières locales pour l’autonomisation socioéconomique des femmes rurales, du projet Micro lead relatif au financement numérique et du projet d’installation de la mini rizerie de Malanville.

Au terme de la rencontre, un satisfecit général exprimé par l’ensemble des participants  notamment par le Directeur Résident suppléant de la DDC, constitue des signes d’encouragement et un souffle de dynamisme pour l’atteinte des objectifs du programme.

Bénin Entreprise