Nous utilisons des cookies pour optimiser ce site.
En utilisant ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.   En savoir plus

Notre région

Swisscontact intervient dans 15 des 54 pays africains, dont cinq en Afrique de l’Ouest (Mali, Burkina Faso, Bénin, Niger et Tchad). Pouvant être fragilisés par des crises économiques et sociales, des institutions défaillantes ou des situations d’instabilité politique et sécuritaire, ces pays abritent des populations souffrant de chômage, d’emploi précaire ou de pauvreté. Une partie de la main d’oeuvre est peu ou mal formée en raison de systèmes d’éducation et de formation professionnelle insuffisamment développés et très peu performants.


Se basant sur les qualités et les valeurs traditionnelles et reconnues de la Suisse, tout en s’appuyant sur les principes régissant le modèle suisse en matière de formation professionnelle, Swisscontact accompagne et soutient les gouvernements des pays partenaires dans leurs efforts de redynamisation, de réforme et de développement de leur système de l’enseignement technique et la formation professionnelle (ETFP), afin d’apporter des réponses pertinentes et durables à la problématique du chômage, du sous-emploi des jeunes, de l’autonomisation des femmes et de la faible compétitivité des opérateurs économiques. Ceci est rendu possible grâce au développement des compétences des jeunes et des actifs en adéquation avec les réalités et les opportunités socio-économiques locales et nationales.


En effet, au regard de la large reconnaissance du dispositif de formation par apprentissage de type dual implémenté dans certains pays, Swisscontact a diversifié, au cours des dix dernières années, ses stratégies de développement de la formation professionnelle en Afrique de l’Ouest. Swisscontact a recours à une démarche d’ingénierie concourante et contextualisée en vue de promouvoir la formation professionnelle initiale et continue et, de manière générale, le développement des compétences des ressources humaines dans la région.


Swisscontact conçoit et met en oeuvre, en partenariat avec les acteurs publics et privés concernés aux différents niveaux, des dispositifs de formation et d’insertion professionnelles mieux adaptés aux différents éléments contextuels dans lesquels ils sont amenés à évoluer, qu’ils soient d’ordre social, politique, culturel, économique ou environnemental.


Les mutations structurelles ciblées se résument par :

 

  • Un accroissement de la valeur ajoutée dans les secteurs compétitifs, supposant une amélioration du niveau de compétences de la main d’oeuvre qualifiée, mais aussi des responsables d’entreprise, couplée à une augmentation du niveau des salaires ;
  • Une diversification sectorielle, en particulier des secteurs dédiés à l’exportation, et des économies régionales davantage axées sur les filières industrielles et semi-industrielles.


Autrement dit, les compétences et les types de management des responsables du secteur privé restent globalement insuffisants et expliquent, pour la plus part, la difficulté des entreprises à poursuivre leur croissance au-delà d’un certain stade. Accroître les niveaux d’intégration économique et sociale des jeunes, notamment des jeunes femmes, constituerait une impulsion pour le développement de la région.
Swisscontact privilégie des secteurs porteurs dans la région comme l’agriculture, l’agroécologie et l’environnement, en dispensant des formations professionnelles en adéquation avec les attentes du marché local.


Le domaine agro-sylvo-pastoral constitue, en effet, le plus grand potentiel économique et le premier gisement d’emplois pour les jeunes en quête d’insertion socio-économique viable et rémunératrice. Dans ce contexte, le choix d’une agriculture basée sur les principes de l’agroécologie s’impose comme la voie à privilégier.


Le développement agricole et rural ne se limite pas simplement à un transfert de technologie, aussi performante soit-elle, mais consiste également à prendre en compte toutes les dimensions sociales et environnementales qui constituent le monde rural dans sa globalité. Le choix de l’adoption des principes de l’agroécologie comme base pour la formation des jeunes ruraux répond donc à un souci d’adéquation des pratiques agricoles avec les réalités sociales, écologiques et économiques du contexte rural.

Swisscontact
Swiss Foundation for Technical Cooperation
Hardturmstrasse 123
CH-8005 Zürich

Tel. +41 44 454 17 17
Fax +41 44 454 17 97
E-Mail info@STOP-SPAM.swisscontact.ch